Télécharger
Interview de MC Martin, Présidente de la COFAC
Pérennité des associations culturelles.p
Éditeur Open Office 29.7 KB
Télécharger
Lettre du Spectacle
Lettre du spectacle.pdf
Éditeur Open Office 26.4 KB
Télécharger
Pétition EPS
PETITION EPS.pdf
Document Adobe Acrobat 71.6 KB
Télécharger
Article de S. Boutboul, Médiapart
Enfants maltraités le risque d'un raz de
Éditeur Open Office 29.2 KB


Interview d'André COMTE-SPONVILLE au quotidien belge "Le Soir"


L’ampleur et la gravité de la crise vous ont-elles surpris ?
Sa gravité réelle, non, pas vraiment. Un infectiologue m’avait dit, il y a une vingtaine d’années, que la guerre multimillénaire entre les microbes et l’humanité, ce seraient les microbes qui allaient la gagner : ils ont pour eux le nombre, le temps, l’adaptabilité, des mutations innombrables et très rapides… Je ne sais s’il avait raison, mais cela me donna à réfléchir et me prépara peut-être à ce que nous vivons aujourd’hui. J’ai toujours pensé que l’humanité disparaîtrait un jour, que ce soit par un virus, une bactérie, un astéroïde, une guerre nucléaire ou le réchauffement climatique. À côté de toutes ces catastrophes possibles, l’épidémie de Covid-19 reste un problème surmontable ! On parle de plusieurs millions de morts en Europe, ce qui serait évidemment catastrophique. C’est ce que le confinement vise à empêcher – et empêchera en effet, si nous le respectons strictement. Mais enfin l’humanité a vu bien pire ! Rappelons que la peste noire, au XIVe siècle, a tué près de la moitié de la population européenne de l’époque, soit environ 25 millions de personnes. Et que la malnutrition, de nos jours, tue 9 millions de personnes par an, dont 3 millions d’enfants. Pourquoi parle-t-on tellement des 10.000 morts en Italie, des 3.000 morts en France, des 500 morts en Belgique, et si peu de ces 9 millions ? En partie parce que le Covid-19 est une maladie nouvelle, et qu’on s’effraie davantage de ce qu’on ne connaît pas. En partie aussi, même si c’est moralement sans pertinence, parce que la malnutrition tue surtout dans d’autres pays que les nôtres… Je sais bien que cette pandémie, parce qu’elle est mondiale et resserrée dans le temps, a quelque chose de plus spectaculaire. Mais enfin il meurt 600.000 personnes par an en France, dont 150.000 par cancer. En quoi les décès résultant du Covid-19 sont-ils plus importants que les 600.000 autres ?

 Vous voulez dire que le Covid-19 n’est pas si grave ?
Une maladie qui peut tuer des millions de gens, c’est évidemment très grave. Mais faut-il pour autant ne plus parler que de ça ? Voyez nos journaux télévisés. La guerre en Syrie ? Plus de nouvelles ! Les migrants ? Disparus des écrans ! Le réchauffement climatique ? Oublié ! Oui, le coronavirus, c’est très grave. Mais le réchauffement climatique l’est à mon avis beaucoup plus. Attention de ne pas tomber dans la démesure ! Un journaliste m’a demandé hier si le Covid-19, c’était la fin du monde… Vous vous rendez compte ? Un taux de létalité de 1 ou 2 % – sans doute moins, si on tient compte des cas non détectés –, et les gens vous parlent de fin du monde ! Ce qui m’étonne, pour résumer, ce n’est pas la gravité intrinsèque du Covid-19, c’est l’espèce d’affolement médiatique qui l’accompagne, comme si les journalistes réalisaient soudain que nous sommes mortels. Quel scoop !

Que nous disent là-dessus les philosophes ?
Que la mort fait partie de la vie. Montaigne l’a dit magnifiquement : « Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant. » La plupart veulent l’oublier, constate-t-il : « Ils vont, ils viennent, ils trottent, ils dansent : de mort, nulles nouvelles. Tout cela est beau. Mais aussi, quand elle arrive ou à eux ou à leurs femmes, enfants et amis, les surprenant soudain et à découvert, quels tourments, quels cris, quelle rage et quel désespoir les accablent ! Vîtes-vous jamais rien si rabaissé, si changé, si confus ? » Nous en sommes là. Si nous pensions plus souvent à la mort, nous aimerions davantage la vie, nous vivrions plus intensément, et serions moins affolés par cette pandémie. Le sens du tragique est un antidote contre la peur. Bref, j’ai deux nouvelles à annoncer à vos lecteurs, une bonne et une mauvaise. La mauvaise, c’est que nous allons tous mourir. La bonne, c’est que l’énorme majorité d’entre nous mourra d’autre chose que du Covid-19 !

Car elle s’exerce horizontalement, entre égaux, et non de haut en bas. Devant le virus, nous sommes égaux, c’est-à-dire tous vulnérables… et mortels. C’est ce qui explique les élans de compassion que nous vivons ?
La compassion ne commence pas avec le coronavirus ! Souvenez-vous de la photo de ce petit garçon de trois ans, trouvé mort sur une plage, et de l’émotion qu’elle suscita dans le monde entier ! Pourquoi aurions-nous davantage de compassion pour les morts du Covid-19 que pour les migrants qui meurent noyés en Méditerranée, ou même que pour nos compatriotes qui meurent de cancer, qui sont (pour l’instant) beaucoup plus nombreux que les victimes du coronavirus ?

Un de vos ouvrages s’intitule « Le capitalisme est-il moral ? » Je vous pose la question… Et s’il ne l’est pas, ou pas assez, faudra-t-il le « moraliser », à l’aune de ce que nous vivons aujourd’hui ?
Il ne l’est pas – il est amoral. C’est pourquoi il faut en effet le moraliser, non pas en le rendant intrinsèquement vertueux, ce qui est impossible, mais en lui fixant de l’extérieur – par la loi – un certain nombre de limites non marchandes et non marchandables. On le fait depuis au moins 150 ans : voyez les libertés syndicales, le droit du travail, les congés payés, la retraite, la Sécurité sociale… Il faut bien sûr continuer, et tant mieux si le Covid-19 nous le rappelle. Mais ne comptez pas sur la compassion pour créer de la richesse, ni donc pour tenir lieu d’économie. En l’occurrence, il m’arrive de craindre que la crise économique, liée à cette pandémie, ne fasse, spécialement dans les pays les plus pauvres, plus de morts que le coronavirus… Même dans nos pays riches, la situation est inquiétante. Tout le monde veut augmenter le budget de la santé. Mais comment, si l’économie s’effondre ?

 


Rapport du CESE sur l'Education Populaire


L’EDUCATION POPULAIRE,

 

UNE EXIGENCE DU 21è siècle

 

Le Conseil Economique Social et Environnemental, le C.E.S.E. est la troisième assemblée constitutionnelle de la République. Il a pour but de favoriser le dialogue entre les différentes composantes de la société civile. Il conseille le gouvernement et le Parlement.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’éducation populaire, malgré ses activités utiles à l’Intérêt Général,   malgré  sa création permanente du lien social, malgré les milliers d’ emplois, est en manque de dialogue constructif avec les Collectivités locales et l’Etat lui- même puisqu’un Ministère ne lui est pas consacré.

 

Il faut saluer le C.E.S.E. qui a mis à l’étude l’Education Populaire et vient d’éditer un rapport des plus précieux.

 

A la demande de la Ligue de l’Enseignement des Hautes-Pyrénées, les deux rapporteurs, Christian Chevalier et Jean-Karl Deschamps ont exposé avec grand intérêt les grandes lignes de ce rapport volumineux. Non seulement, l’analyse des conditions de l’Education populaire est fouillée, mais, mieux encore, elle est suivie de préconisations précises.

 

Parce qu’elle irrigue la société, qu’elle favorise l’exercice de la citoyenneté,  

 

L’Education Populaire est un réel atout pour « faire société ».

 

Les Associations intéressées, les Elus qui n’ont pu assister à la soirée peuvent encore prendre connaissance des travaux : un certain nombre de rapports sont à leur disposition au siège de la Ligue de l’Enseignement (1, rue Miramont Tarbes).

Le Président, R. Trusses

 

Télécharger
Les préconisations du Conseil économique et Social d'octobre 2019
FI12_education_populaire.pdf
Document Adobe Acrobat 163.9 KB


Télécharger
Communiqué de la ligue de l'enseignement
Septembre 2019
Règlementation sorties scolaires Sept 2
Document Adobe Acrobat 110.9 KB
Télécharger
Non à la révision de la loi de 1905 !
Non à la révision de la loi de 1905.pdf
Document Adobe Acrobat 152.7 KB

Télécharger
Lettre ouverte au Président de la République sur ce qu'est et n'est pas la laïcité
Comprendre la loi de 1905.pdf
Document Adobe Acrobat 383.4 KB

Télécharger
Un budget des sports en trompe l’œil
Et le budget pour le sport.pdf
Document Adobe Acrobat 99.8 KB

Télécharger
Projet de loi asile-immigration : la position de la Ligue de l'Enseignement
Projet de loi asile immigration 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 202.0 KB

Télécharger
L’appel de Montreuil ou l’inquiétude des professionnels de la culture
2018 L 'appel de Montreuil.pdf
Document Adobe Acrobat 188.4 KB

Télécharger
2016 : Spéciale 70 ans
Ce pas de plus.pdf
Document Adobe Acrobat 197.5 KB
Télécharger
Intervention de Jean-Michel DUCOMTE
Président de la ligue nationale 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 198.5 KB

Télécharger
“La symbolique monarchique s’est retournée contre Emmanuel Macron”, par Annie Ernaux
Les gilets jaunes.pdf
Document Adobe Acrobat 209.5 KB

Télécharger
L’Arbre ne doit pas cacher la forêt
Lettre UFOLEP et Ligue 65.pdf
Document Adobe Acrobat 185.9 KB

Télécharger
Un grand moment d’éducation populaire : la prise de parole en public
Une formation dynamisante en 2018
Compte rendu formation.pdf
Document Adobe Acrobat 12.9 MB

Télécharger
Une étude universitaire conclut que les écoles privées n'enseignent pas mieux que les écoles publiques
Ecole privée ou publique, enquête.pdf
Document Adobe Acrobat 189.2 KB

Télécharger
Ces chênes républicains qu’on n’abat pas…
2018, décès du maire de Tarbes
Hommage.pdf
Document Adobe Acrobat 99.7 KB

Télécharger
Ligue de l'Enseignement 65 : un constat alarmant
2017 La vie associative est-elle menacée
Document Adobe Acrobat 365.1 KB

Télécharger
Rapport moral 2017 du président Trusses
2017 Rapport moral.pdf
Document Adobe Acrobat 265.7 KB
Télécharger
Édito Décembre 2016
09 décembre 1905.pdf
Document Adobe Acrobat 178.9 KB


Une Aventure collective en mouvement

Télécharger
bordereau souscription.pdf
Document Adobe Acrobat 590.0 KB

Notre structure est ouverte au public :

du mardi au jeudi de 15h à 18h

et le vendredi de 15h à 17h

 

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter en cliquant sur le bouton ci-dessous


Retrouvez nous sur Facebook...