PETIT HISTORIQUE

La Ligue de l'enseignement, un mouvement d'éducation populaire

 

La Ligue de l'enseignement est créée en 1866.

Mouvement d'éducation populaire, elle invite les citoyens à s'associer dans la lutte contre les inégalités, à débattre et à être acteurs dans la cité afin de construire une société plus juste, plus libre et plus solidaire visant à l'émancipation de tous.

 

Pour ce faire, la Ligue de l'enseignement est présente sur l'ensemble du territoire par l'intermédiaire de :

 - ses 102 fédérations départementales,

- ses 22 unions régionales,

- ses 30 200 associations affiliées,

- ses 2 000 000 adhérents.

 

Ses domaines d'intervention sont très variés : organisation de vacances et de classes de découverte, organisation d'activités sportives et culturelles, actions internationales, débats, formations, lutte contre la précarité...

 

Au travers de ces multiples activités, les principaux objectifs qu'elle poursuit peuvent se résumer ainsi :

 - agir avec les habitants sur leur lieu de vie,

- agir dans les milieux populaires,

- être actrice de l'école (Cf. l'appel "L'école que nous voulons"),

- œuvrer pour la reconnaissance et l'expression de la diversité culturelle,

- œuvrer pour une citoyenneté qui s'exerce dans tous les espaces politiques.

 

Les grandes dates de La Ligue de l'Enseignement

 

- 1866. Jean Macé lance un appel pour la création de la Ligue de l'Enseignement, qui mobilise en France un mouvement d'opinion sans précédent en faveur d'une instruction obligatoire, gratuite et laïque.

La Ligue Française de l'Enseignement naît le 15 novembre 1866.

Elle est formée par des citoyens et non par des enseignants.

 

- 1867. La Ligue regroupe près de 5 000 membres dans 72 départements.

- 1871. Lancement d'une pétition pour une instruction gratuite, obligatoire et laïque.

- 1872. 1 300 000 signatures collectées, remises à l'Assemblée Nationale.

- 16 juin 1881. L'école devient gratuite.

- 28 mars 1882. L'école devient obligatoire et laïque.

- 1925. La Ligue prend comme sous-titre "Confédération Générale des Oeuvres Laïques scolaires, postscolaires, d'éducation et de solidarités sociales."

- 1929. La Ligue décide de créer une fédération par département.

- 1939. La Ligue regroupe 25 000 sociétés dans 89 départements.

- 1942. Dissolution de la Ligue par le gouvernement de Vichy. Entrée dans la clandestinité.

- 1944. La Ligue est agréée par le Gouvernement provisoire.

- 1958. Subventions aux établissements privés. La Ligue s'engage à restaurer les principes républicains.

- 1968. Remise en question du mythe libérateur de l'éducation. Il ne s'agit plus d'éduquer mais d'animer.

- 1970. Mise en avant des problèmes de société.

- 1971-1975. La Ligue se déclare solidaire de tous ceux qui luttent pour une société de type socialiste.

- 1977. Beaucoup de reponsables associatifs prennent des fonctions électives lors des municipales. Convaincus de l'importance des activités socioculturelles, ils favorisent ce type d'activités par les collectivités locales. Les associations locales se vident et on assiste au développement de la municipalisation de beaucoup d'activités.

- 1981. Le développement de l'idée d'économie sociale exige la professionnalisation des appareils fédéraux. Les activités prestataires de la Ligue se développent, les effectifs s'amplifient.

Le gouvernement veut constituer un service public unifié et laïque et se heurte à une nouvelle bataille scolaire où la Ligue a des difficultés à se faire entendre. Le gouvernement retire son projet de loi et les laïques subissent une nouvelle défaite.

- 1986-1987. La Ligue crée les Cercles Condorcet.

- 1989. La Ligue se prononce pour une laïcité conjuguant citoyenneté et solidarité dans une véritable démocratie.

- 1995. La Ligue a pris les mesures nécessaires pour adopter un fonctionnement pour la mise en oeuvre d'actions adaptées dans une société où s'aggravent les inégalités, à des orientations lucides et ambitieuse.

- Mai 2001. Congrès de Bordeaux - Centenaire de la loi 1901 : "Associés pour quoi faire". Résolution "s'associer pour faire vivre l'utopie".